Covid-19 : campagne de vaccination organisée mardi 27 juillet pour les Français du Cap-Vert

L’ambassade de France propose aux ressortissants français se trouvant au Cap-Vert, ainsi qu’à leurs ayants droit, d’être vaccinés contre la Covid-19 mardi 27 juillet 2021 au centre de santé d’Achada de Santo António à Praia. Le vaccin proposé est le Janssen (Johnson & Johnson), qui est administré en une seule dose. Toutes les personnes volontaires âgées de 18 ans et plus peuvent s’inscrire jusqu’au vendredi 23 juillet inclus.

Depuis quelques mois, la pandémie de Covid-19 cède du terrain, en France comme au Cap-Vert. Ce recul, nous le devons très largement à la campagne vaccinale actuellement en cours dans les deux pays. La vaccination, parce qu’elle permet de réduire le risque d’infection au coronavirus et de développer des formes graves de la maladie, permet non seulement de se protéger soi-même contre cette infection, mais aussi – et surtout – de protéger les autres, en particulier les plus vulnérables d’entre nous. Se faire vacciner, c’est contribuer à la lutte contre la Covid-19, y prendre sa part. C’est un acte citoyen, qui pourra permettre d’atteindre une immunité collective, faire barrage au virus et retrouver peu à peu une vie normale.

En France comme au Cap-Vert, la campagne de vaccination va bon train. En France, plus de 36 millions de personnes, soit près de 55 % de la population, a déjà reçu au moins une dose d’un des quatre vaccins homologués par l’Agence européenne du médicament, et ce chiffre grossit de jour en jour. Au Cap-Vert, où la campagne vaccinale a démarré plus tard, ce sont environ 115 000 personnes qui ont reçu au moins une première dose, soit plus de 20 % de la population, avec cependant d’importantes disparités d’une île à une autre.

Le Président de la République, Emmanuel Macron, a annoncé, le 12 juillet, plusieurs nouvelles mesures qui, en incitant la population à recourir à la vaccination, visent à permettre le retour à une vie normale pour toutes et tous le plus rapidement possible. Au centre de ces mesures, le passe sanitaire, qui consiste en un test négatif récent ou une preuve de vaccination complète, est étendu, à partir d’aujourd’hui, mardi 20 juillet, sur tout le territoire français pour les lieux de loisir et de culture rassemblant plus de 50 personnes. Dès le début du mois d’août, ce passe sera également nécessaire pour entrer dans les bars, restaurants, centres commerciaux, trains, avions, hôpitaux et maisons de retraite.

Ces mesures s’appliqueront aussi aux Français de l’étranger lors de leurs séjours sur le territoire national. C’est pourquoi il est essentiel que nous les anticipions.

Au Cap-Vert, des deux vaccins actuellement disponibles, l’AstraZeneca Covishield et le Sinopharm, seul le premier est reconnu en France. Cependant, l’ambassade de France a reçu, fin mai, des doses de vaccin Janssen (Johnson & Johnson) pour la vaccination de la communauté française du Cap-Vert. Ce vaccin, en plus d’être agréé par l’Agence européenne du médicament, présente l’avantage d’être un vaccin monodose : une seule dose suffit pour être immunisé.

Lorsque l’ambassade les a reçues, ces doses étaient strictement réservées aux personnes âgées de 55 ans et plus, conformément à l’avis de la Haute Autorité de santé relatif au vaccin Janssen. Une première campagne vaccinale, début juin, a permis de cibler cette population. Toutefois, nous avons obtenu de la France suffisamment de doses pour répondre à la demande de tous nos compatriotes résidant au Cap-Vert.

Le 8 juillet, la Haute Autorité de santé a émis un avis par lequel, sans remettre en cause sa position de principe invitant à privilégier les vaccins à ARN messager (Pfizer et Moderna) pour la vaccination des personnes âgées de moins de 55 ans, elle considère que, si aucune alternative validée par l’Union européenne n’est disponible dans le pays où ils résident, et en particulier si les indicateurs de l’épidémie sont inquiétants, les Français de l’étranger âgés de moins de 55 ans doivent pouvoir être vaccinés avec le vaccin Janssen, dans le cadre d’une décision médicale partagée et après avoir apporté à chacun une information claire sur la connaissance des risques liés à l’administration de ce vaccin.

L’ambassade de France au Cap-Vert est donc autorisée, dès à présent, à utiliser les doses de vaccin Janssen dont elle dispose pour vacciner les ressortissants français majeurs de tous âges, ainsi que leurs ayants droit majeurs.

L’ambassade de France organise une campagne de vaccination à l’attention de ces publics, qui se tiendra sur une après-midi, le mardi 27 juillet 2021, au centre de santé (centro de saúde) d’Achada de Santo António à Praia.

Si vous êtes ressortissant(e) français(e) ou ayant droit de ressortissant(e) français(e), et âgé(e) d’au moins 18 ans, vous pouvez dès à présent, et jusqu’au vendredi 23 juillet inclus, vous inscrire à cette campagne de vaccination en adressant un courriel à l’adresse cad.praia-amba@diplomatie.gouv.fr. Ce courriel devra impérativement :

  • mentionner votre nom, votre prénom, votre date de naissance et votre numéro de téléphone ;
  • comporter, en pièce jointe, la copie de votre document d’identité français (passeport ou carte nationale d’identité) ou, si vous n’êtes pas de nationalité française, d’un document d’identité étranger (capverdien ou autre) ainsi que d’un document justifiant de votre lien de famille avec un(e) ressortissant(e) français(e).

Si vous êtes éligible à cette campagne vaccinale, vous recevrez dans les jours suivants une confirmation d’inscription précisant l’heure à laquelle vous devrez vous présenter, le 27 juillet, au centre de santé d’Achada de Santo António, muni(e) de votre document d’identité.

Les personnes résidant sous le même toit sont invitées à adresser leurs demandes d’inscription ensemble afin qu’elles puissent être convoquées à la même heure.

Une foire aux questions est disponible ci-dessous pour répondre aux principales interrogations que l’organisation de cette campagne de vaccination pourrait susciter.

À qui la campagne vaccinale de l’ambassade de France s’adresse-t-elle ?

Sont éligibles à la vaccination les personnes majeures (âgées de 18 ans et plus) s’inscrivant dans une des catégories suivantes :

  • les ressortissants français résidant au Cap-Vert, ainsi que leurs ayants droit : conjoints (mariés ou pacsés uniquement) et enfants, quelle que soit leur nationalité ;
  • les agents de nationalité étrangère (capverdienne ou tierce) de l’ambassade de France, de l’École internationale Les Alizés et de l’Alliance française de Mindelo, ainsi que leurs conjoints (mariés ou pacsés uniquement), quelle que soit leur nationalité.

La vaccination est-elle également possible pour les enfants mineurs ?

Non. À ce stade, l’utilisation du vaccin Janssen pour les Français de l’étranger, strictement encadrée, est réservée aux seules personnes majeures.

J’ai été testé(e) positif à la Covid-19 au cours des derniers mois. Puis-je me faire vacciner ?

Si vous avez fait une infection par le SARS-CoV-2 (symptomatique ou non) prouvée par un test PCR ou un test antigénique, la Haute Autorité de santé recommande d’attendre un délai minimal de trois mois (de préférence six mois) avant de vous faire vacciner.

J’ai reçu un vaccin administré dans le cadre de la campagne vaccinale capverdienne. Un certificat de vaccination (en portugais) m’a été remis. Cette vaccination sera-t-elle reconnue en France ?

À la connaissance de l’ambassade de France, la campagne vaccinale en cours au Cap-Vert s’articule autour de trois vaccins différents :

  • quelques personnes, peu nombreuses étant donné la rareté des doses disponibles, ont reçu le vaccin Pfizer (il s’agit essentiellement de professionnels de santé ou de personnes âgées vaccinés dès les premières semaines de la campagne vaccinale) : ce vaccin est pleinement reconnu en France ;
  • de très nombreuses personnes ont reçu le vaccin AstraZeneca Covishield (mentionné sur les certificats de vaccination comme « AstraZeneca SII », pour Serum Institute of India) : ce vaccin, produit selon la même formulation que le vaccin AstraZeneca homologué par l’Agence européenne du médicament, est reconnu en France depuis le 17 juillet (mais pas par l’Agence européenne du médicament) ;
  • un nombre croissant de personnes, depuis la mi-juin, ont reçu le vaccin Sinopharm : ce vaccin n’est pas reconnu en France et ne devrait pas l’être dans un avenir proche.

Le respect de la chaîne du froid est-il garanti depuis l’acheminement des doses depuis la France ? Ces vaccins, reçus au Cap-Vert à la fin du mois de mai, sont-ils toujours efficaces ?

Le vaccin Janssen, contrairement à d’autres vaccins (Pfizer ou Moderna, par exemple), peut être transporté sur de longues distances à des températures comprises entre 2 °C et 8 °C. Les doses que nous avons reçues ont été acheminées par Santé publique France (Agence nationale de santé publique) dans un caisson réfrigéré équipé d’un dispositif de contrôle et d’enregistrement de la température. L’ambassade de France et les autorités sanitaires capverdiennes ont ainsi pu s’assurer que la chaîne du froid n’a été à aucun moment rompue. Ces vaccins sont depuis stockés dans une chambre froide au Dépôt central des médicaments. Ils ont une durée de validité de trois mois, et sont donc pleinement efficaces s’ils sont administrés avant la fin du mois d’août 2021.

Je ne réside pas dans l’île de Santiago. Puis-je bénéficier d’une vaccination dans mon île ?

Malheureusement, les contraintes logistiques, rapportées à l’éparpillement des ressortissants français dans toutes les îles du Cap-Vert, ne nous permettent pas de déployer cette campagne vaccinale sur plusieurs sites. Le transport des doses dans des conditions que nous ne serions pas forcément en mesure de maîtriser nous exposerait à un risque de rupture de la chaîne du froid.

La vaccination est-elle gratuite ?

Oui, totalement. En revanche, le transport vers le centre de vaccination n’est pas pris en charge.

Qui sera chargé de l’application du vaccin ?

Le vaccin sera administré par des professionnels de santé capverdiens dûment habilités et formés.

Comment se déroulera la vaccination ?

Vous serez accueilli(e) par un médecin à l’heure figurant sur la convocation que l’ambassade de France vous aura adressée par courriel. Votre température sera prise, vous serez invité(e) à compléter un questionnaire que le médecin signera et vous aurez avec lui un entretien pour vérifier votre éligibilité à la vaccination, vous informer sur les contre-indications à la vaccination et vous informer sur les risques et les bénéfices de la vaccination. Si rien ne s’oppose à votre vaccination, vous signerez un formulaire de consentement. Vous recevrez en intramusculaire (dans le muscle deltoïde) une dose de 0,5 mL de vaccin prélevé directement dans le flacon. Puis le médecin vous remettra deux certificats (l’un en français, l’autre en portugais) signés et tamponnés mentionnant la date, le nom du vaccin, le numéro de lot, la date de péremption et le site d’injection. Enfin, vous resterez « en observation » en salle d’attente pendant au moins un quart d’heure. En sortant, un document avec les coordonnées des personnes à appeler en cas d’urgence vous sera remis : tout événement indésirable devra être signalé.

Ce certificat de vaccination sera-t-il bien reconnu en France ? Sera-t-il intégré au passe sanitaire ?

Le premier des deux certificats de vaccination qui seront remis aux personnes vaccinées est un document rédigé en français, à en-tête de l’ambassade de France. Le ministère de l’Europe et des Affaires étrangères, le ministère des Solidarités et de la Santé et le secrétariat d’État au numérique se sont engagés à ce que l’ensemble des Français de l’étranger justifiant d’un schéma vaccinal complet et venant sur le territoire national obtiennent une équivalence qui leur permette de circuler sans contrainte. Le ministre de la Santé, Olivier Véran, interrogé par un député des Français de l’étranger, a notamment fait la déclaration suivante devant le Parlement le 13 juillet : « D’ici à la promulgation de la loi, nous aurons solutionné ce problème et l’ensemble des Français de l’étranger et des touristes vaccinés avec un schéma vaccinal complet revenant sur le territoire national auront une équivalence et pourront circuler comme les autres citoyens sur le territoire national. »

Qu’est-ce que le passe sanitaire ?

Le passe sanitaire, qui, en France, permet d’accéder à des rassemblements ou des événements, consiste en la présentation numérique (via l’application TousAntiCovid) ou papier d’une preuve sanitaire, parmi les trois suivantes :

  • la vaccination, à la condition que les personnes disposent d’un schéma vaccinal complet, soit 2 semaines après la seconde injection pour les vaccins à double injection (Pfizer, Moderna, AstraZeneca), 4 semaines après l’injection pour les vaccins à injection unique (Janssen) ou 2 semaines après l’injection pour les vaccins chez les personnes ayant eu un antécédent de Covid-19 (une seule injection) ;
  • la preuve d’un test PCR ou antigénique négatif de moins de 48 heures ;
  • le résultat d’un test PCR ou antigénique positif attestant du rétablissement de la Covid-19, datant d’au moins 11 jours et de moins de 6 mois.

Les tests PCR deviendront-ils payants en France à partir de l’automne prochain ?

Le Président de la République a déclaré que les tests PCR deviendraient payants à l’automne, sauf prescription médicale, afin d’encourager la vaccination plutôt que la multiplication des tests. Cependant, pour prendre en compte leur situation spécifique, il a été décidé que les tests PCR et antigéniques demeureraient gratuits pour les Français de l’étranger.

Le vaccin est-il susceptible d’entraîner des effets secondaires ?

Comme tout vaccin, le vaccin Janssen comporte certains risques associés. Les effets indésirables les plus couramment observés sont généralement légers ou modérés et s’améliorent en un ou deux jours après la vaccination. Les effets indésirables les plus couramment observés sont la douleur au site d’injection, les maux de tête, la fatigue, les douleurs musculaires et les nausées. Plus rarement, on observe de la toux, des douleurs articulaires, de la fièvre, des frissons et des rougeurs ainsi qu’un gonflement sur le site de l’injection.

Pourquoi la Haute Autorité de santé a-t-elle revu sa position concernant l’inoculation du vaccin Janssen aux personnes âgées de moins de 55 ans ?

La Haute Autorité de santé place l’importance d’assurer à chaque Français une protection vaccinale adaptée au contexte local, quelle que soit sa zone de résidence, au-dessus de toute autre considération. Elle continue de considérer que, lorsque des vaccins à ARN messager (Pfizer ou Moderna) sont disponibles localement – comme c’est le cas en France –, c’est l’utilisation d’un tel vaccin qui doit être privilégiée pour les personnes âgées de moins de 55 ans, au vu des données de pharmacovigilance disponibles pour les vaccins à adénovirus, dont le vaccin Janssen. En revanche, lorsque aucune alternative n’est disponible et qu’il n’est pas possible de compter sur un approvisionnement rapide en vaccin à ARN messager – comme c’est le cas au Cap-Vert –, le choix se porte entre utiliser le vaccin Janssen (dans les pays où l’ambassade de France a reçu des doses de ce vaccin) ou ne pas vacciner. Ceci impose de considérer le rapport bénéfice/risque individuel de manière absolue, c’est-à-dire sans tenir compte des bénéfices/risques des autres vaccins indisponibles sur place par hypothèse. La Haute Autorité de santé indique très précisément que « concernant la situation des Français de moins de 55 ans résidant à l’étranger, pour lesquels aucune alternative n’est disponible localement, le rapport bénéfice/risque individuel à considérer est celui issu de l’analyse conduite par l’Agence européenne du médicament ; celle-ci ayant conclu en faveur d’un rapport bénéfice/risque individuel et absolu positif pour tous les adultes indépendamment de l’âge pour le vaccin Janssen, tout en indiquant que la stratégie vaccinale devait être adaptée au contexte de chaque État membre ». En effet, dans un avis rendu le 18 juin 2021, l’Agence européenne du médicament indique que ce vaccin est indiqué pour les adultes de 18 ans et plus. Ainsi, dans le contexte très spécifique des territoires où aucune alternative n’est disponible dans l’immédiat, dès lors que le niveau de circulation virale le justifie, la Haute Autorité de santé considère que le vaccin Janssen pourrait être proposé aux Français de moins de 55 ans résidant à l’étranger.

Qu’est-ce qu’une « décision médicale partagée » ?

Dans son avis rendu le 8 juillet, la Haute Autorité de santé a précisé que le vaccin Janssen ne pourrait être proposé aux Français de l’étranger âgés de moins de 55 ans que dans le cadre d’une décision médicale partagée. Cela signifie que le professionnel qui administre le vaccin doit délivrer une information éclairée à la personne qui le reçoit et recueillir le consentement de cette dernière à être vaccinée. Cette procédure ne peut être complète sans qu’il ait été apporté à chacun une information claire sur la connaissance des risques liés à l’administration de ce vaccin, en particulier sur la survenue de très rares cas graves de syndrome de thromboses associées à une thrombocytopénie rapportés dans les trois premières semaines suivant la vaccination, principalement chez les femmes âgées de moins de 50 ans. Des éléments d’information complémentaires sont disponibles sur le site Vaccination Info Service et dans le rapport d’enquête de pharmacovigilance du vaccin Janssen publié par l’Agence nationale de sécurité du médicament.

La vaccination empêche-t-elle l’infection par le virus SARS-CoV2 ?

Les études réalisées ont démontré que, chez une personne vaccinée, le risque de contracter la maladie est moindre que chez une personne non vaccinée, dans des circonstances identiques. Le vaccin protège les personnes des formes graves de Covid-19. En vous vaccinant, vous jouez un rôle essentiel dans la préservation de vies humaines et l’endiguement de la pandémie.

Une fois vacciné(e), devrai-je continuer à respecter les mesures de prévention contre la Covid-19 ?

Oui, même après la vaccination, vous devrez continuer à observer les mesures de protection et de prévention contre la Covid-19, telles que l’usage du masque, le maintien d’une distance physique entre les personnes, l’hygiène des mains et la désinfection des surfaces. En effet, même vacciné(e), vous pourriez être encore un vecteur du virus et risqueriez de contaminer potentiellement votre entourage si vous ne respectez pas correctement les gestes barrières.

Dernière mise à jour le : 20 juillet 2021